Bernard Palissy

Travailleur infatigable et génie persécuté pour sa foi, il connu une fin tragique dans les geôles parisiennes. Sa légende explose au XIXe siècle, lorsque des artistes de renom comme Georges Pull se réapproprient son oeuvre, et chatouillent ainsi l'intérêt des collectionneurs de poterie vernissée. Ces compositions se ressentent même dans l'art déco et l'art nouveau, un juste retour des choses pour cet esthète autodidacte victime de l'ultra-conservatisme de ses contemporains.

Originaire du Lot et Garonne en 1510, il exerce ses talents dans différents arts comme la poterie, la sculpture, l'émail, la peinture, l'écriture et le travail du verre. N'étant pas issu d'un milieu social aisé, l'artiste arrive à tutoyer, à force de persévérance et d'efforts, les plus hautes cimes dans tous ces domaines. Vers 1540, ses talents lui permettent de se mettre au service d'Anne de montmorency, ancien chef des armées sous François 1er.

Il se consacre à l'étude de la cuisson des émaux, et plus particulièrement de l'émail blanc. Il atteint son graal en produisant l'émail gaspé, point crucial de sa renommée. Il réalise divers vases et statuettes, plats en faïence décorée de reliefs représentant des fruits, des plantes, ou des reptiles. 

En 1546, il se converti au protestantisme, ce qui lui vaut en 1559, sous le règne répressif d'Henri II, d'être jeté en prison. Anne de Montmorency plaide alors en sa faveur et il recouvre sa liberté sur ordre de Catherine de Médicis. En 1572 éclate le massacre de la St Barthélémy. Pour échapper aux persécutions et à la tuerie, il part à Sedan. En 1580, il publie un mémoire sur l'alimentation des sources par la pluie. Il faut dire que l'artiste subsiste en pratiquant le métier d'arpenteur-géomètre. Cette activité lui permet d' écrire d'autres ouvrages sur l'hydrologie et l'agriculture.

 Malheureusement quelques années plus tard, en 1586, les conservateurs le rattrapent et il est condamné à mort. Finalement cette peine capitale se transforme en prison à vie. Il est alors détenu à la Conciergerie, puis à la Bastille, ou il meurt en 1589, conséquence de ses conditions de détention déplorables.

×