Présentation

La renaissance marque la fin du moyen-âge et l’arrivée des temps modernes, les historiens s’accordant à dire qu’elle débute après la chute de Constantinople en 1453. On en ressent les prémices puis une montée en puissance au cours du XVe siècle, mais son apogée intervient tout au long du XVIe siècle.

Cette période se distingue par ce  que l’on appelle « l’accélération de l’Histoire ». En effet, l’Europe connaît alors un véritable essor économique, artistique et humaniste. Les navigateurs voguent vers de nouveaux horizons et les découvertes maritimes s’enchaînent, alors que sur le continent, de graves crises religieuses apparaissent. Toutefois,  il faut avouer que toutes ces découvertes et inventions prennent leurs sources entre les XIIIe et XIVe siècles grâce aux recherches des arabes et l’étude des bibliothèques d’orient ainsi que des chroniques grecques.

On assiste au renforcement du pouvoir des souverains européens,  qui posent alors les fondements des États modernes. L’entrée en scène de la Russie et des États Ottomans participe à l’élargissement des perspectives culturelles et des échanges.

L’Europe ne se limite alors plus à sa partie  occidentale, des marchands s’installent en Afrique, des comptoirs commerciaux fleurissent en Asie et aux Amériques. Ce qui ouvre alors des perspectives politico-économiques et humaines considérables.

Néanmoins, ces progrès ne concernent que l’élite  de la société française, les branches populaires ne verront pas leur labeur diminuer et ne bénéficieront que d’avantages minimes.

Raphaël : l'école d'Athènes