La religion

Un sujet épineux :

Au XVIe siècle, des intellectuels tels que Luther et Calvin remettent an cause les privilèges de l'Église, et demandent en conséquence que le clergé subisse une réforme profonde. L'essor de la parution des livres sur notre territoire va grandement contribuer à propager cette pensée et rencontrer un nombre croissant d'adeptes. La contestation prend alors naissance à Paris, puis se répand comme une traînée de poudre dans la vallée de la Loire. Des lieux de cultes protestants fleurissent ici et là et de puissantes familles comme les Condé et les Bourbons se convertissent bientôt et donnent naissance à un puissant parti d'opposition.

Au crépuscule du règne de François 1er, le royaume de France va être secoué par des tensions entre catholiques et protestants. D’abord très répressifs envers ses derniers qu'ils considèrent  comme hérétiques,  les dignitaires comme Catherine de Médicis vont ensuite rechercher la conciliation et l’apaisement entre les 2 parties. Mais la reine-mère et Charles IX, puis Henri III  vont avoir fort à faire avec les ultra-conservateurs catholiques, les Guise, et les leaders protestants  comme le prince de Condé. Le problème, à l'origine religieux, devient alors politique.

Pendant 30 ans, le trône  va être l’enjeu des cultes rivaux. Et en 1572, le massacre de la St-Barthélémy commandité par Charles IX et sa mère Catherine  rend impossible les tentatives de rapprochement et sème le trouble dans les communes françaises. Sous la menace des Guise à Paris, le nouveau roi Henri III se résout à quitter la capitale pour Blois. Il fait abattre son rival le duc de Guise et s’allie à son beau frère protestant, Henri de Navarre, qu’il reconnaît comme son successeur.

Mais ses décisions se retournent contre lui et le roi est lui-même mortellement poignardé par le moine clément en 1589.  Henri de Navarre, devenu Henri IV, accède au pouvoir suprême. Mais la population est hostile à un roi réformé et il se converti au catholicisme en 1593, ce qui permet de pacifier enfin le royaume.

En 1598, la ratification de l'édit de Nantes accorde les libertés demandées par les protestants et achève les velléités subsistantes entre les partis.

Le massacre de la Saint Barthélémy